Renato Cardoso | 17 de octobre de 2015 - 13:55


Défi IntelliMen #42

Défi IntelliMen #42

Défi #42

Ne pas le faire avant de terminer le Défi #41
Si vous voulez faire partie du Projet IntelliMen, commencez à partir du Défi #1

 

Défi: Vous interdire d’utiliser certaines paroles négatives.

Explication: Le cheval est bien plus fort que l’homme. Cependant, l’homme le contrôle par le biais d’un simple frein mis dans sa bouche. Il en est ainsi du pouvoir des paroles. Notre bouche peut nous rendre forts ou faibles; nous mener de l’avant ou nous freiner; nous donner des opportunités ou fermer des portes.

J’ai connu quelqu’un qui, chaque fois qu’une bonne idée lui était amenée, répondait presque invariablement avec les mots suivants: « C’est une bonne idée, mais le problème est que… » – et à partir de là, il commençait à énumérer les difficultés d’appliquer l’idée. Le résultat est qu’il restait toujours dans la même situation, il progressait rarement.

Moi-même, depuis longtemps, j’ai décidé de retirer le verbe « attendre » de mon vocabulaire. J’ai conclu que rarement, presque jamais, « attendre » est la seule chose que nous pouvons faire. Il y a toujours quelque chose que nous pouvons faire au lieu d’ »attendre ». Mais j’ai compris que lorsque nous utilisons ce mot, nous donnons une excuse pour ne rien faire. « J’attends le coup de fil d’un tel pour pouvoir faire telle chose ». Cela veut dire que je n’ai besoin de rien faire jusqu’à ce que je reçoive ce fameux coup de fil. Mais cela n’est probablement pas vrai. Je peux, au minimum, appeler ce tel au lieu de l’attendre, en plus d’autres choses.

Le problème est que nos paroles reflètent notre manière de penser. Et après les avoir prononcées et entendues de nous-mêmes, elles renforcent ces pensées. Alors si ma manière de penser au sujet d’idées nouvelles est: « elles vont déranger toute ma petite vie bien organisée et cela va m’apporter du déconfort » – je chercherai toujours des raisons pour lesquelles cette idée ne fonctionnera pas. Et j’ouvrirai immédiatement ma bouche pour citer ces raisons. Lorsque je m’entendrai dire cela, je me sentirai vraiment intelligent, justifié, et ainsi ma façon erronée de penser deviendra encore plus confiante qu’elle est juste.

Imaginez maintenant cela se produisant des dizaines, centaines et milliers de fois tout au long de la vie. Le résultat est que nos paroles nous conditionnent quand nous pensons et agissons en fonction de ce qu’elles disent.

Mais si nos paroles reflètent et affectent notre manière de penser, nous pouvons alors changer nos pensées et nos attitudes en changeant nos paroles!

Pour cette raison, votre défi cette semaine sera d’identifier les paroles négatives que vous utilisez normalement, vous interdire de les utiliser (vous avez bien lu, INTERDIRE) et les remplacer par d’autres meilleures.

Je veux déjà ajouter la première de votre liste: le verbe « attendre ». À partir de maintenant cette parole deviendra pour vous un gros mot. Ne l’utilisez plus. Lorsqu’elle vous viendra en tête, cherchez d’autres paroles à utiliser. Par exemple, au lieu de « j’attends que l’école ouvre pour pouvoir m’inscrire », dites « l’école n’ouvre que le mois prochain, pendant ce temps je suis en train d’organiser mon espace de travail à la maison où je vais étudier, voir les livres que je peux commencer à lire et ajustant mes finances pour les mensualités ne soient pas trop lourdes. »

Jamais, plus jamais vous n’utiliserez le mot « attendre ». Soyez un homme d’attitudes, qui fait les choses arriver, pas un mou qui « attend ».

La deuxième de la liste: si vous avez aussi l’habitude d’utiliser cette phrase, alors ajoutez-la aussi. « Le problème est que… » Arrêtez de parler du problème. Changez vos paroles. Commencez à dire: « La solution est… »

Avez-vous compris l’esprit? Alors maintenant allez à votre Carnet de Notes.

Carnet de notes: Commencez à noter les paroles et expressions négatives que vous avez l’habitude de dire. Pour vous aider, vous voudrez peut-être demander à des personnes bien proches de vous si elles perçoivent de la négativité dans vos paroles. Parfois nous ne nous en rendons pas compte mais notre épouse, patron, employés, parents et amis le perçoivent très bien. Soyez humble, demandez de l’aide, et écoutez attentivement. À partir de là, écrivez à côté des paroles négatives quelles sont les nouvelles paroles que vous utiliserez à leur place. Regardez quotidiennement cette liste durant cette semaine, le matin et le soir. Et surveillez votre bouche!

Partenaire Officiel: Avant de discuter, lisez dans la Bible: Jacques 3. De là, discutez et pointez ce comportement l’un chez l’autre si vous le percevez.

Délai: Ce défi peut être commencé immédiatement et terminé avant le Défi #43 qui sera lancé d’ici une semaine.

Poster: Après – et seulement après – avoir commencé ce défi, postez vos commentaires – sur la page Facebook IntelliMen (pas sur la vôtre) ou sur Twitter, avec cet en-tête:

Défi IntelliMen #42 terminé: Je m’interdis d’utiliser ces mots: (Ajoutez une ou plusieurs proles ou expressions que vous avez identifiées.)

 Liens:
www.facebook.com/intellimenfr
www.twitter.com/IntelliMenFR (lorsque vous posterez sur Twitter, utilisez @IntelliMenFR dans votre message)

 

Liste de vérification

J’ai identifié mes paroles et expressions négatives.
Je les ai notées sur mon Carnet de Notes et je les ai remplacées par des autres positives.
Je suis en train de surveiller ma bouche.
Moi et mon Partenaire avons lu Jacques 3 et nous avons discuté au sujet de ce défi.
☐ J’ai posté mes commentaires sur Facebook/Twitter.

 

Phrase:

Car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle – Jésus (Matthieu 12:34)

 


signaler une erreur