Évêque Edir Macedo | 8 de Septembre de 2021 - 06:00


La gêne de l’évangéliste

Tout celui, qui a l'esprit de l'évangéliste, n'accepte pas de voir le peuple souffrir

La gêne de l’évangéliste

En recevant la mission de ressusciter le fils de la Sunamite (2Rois 4:29-31), Guéhazi, l’auxiliaire d’Élisée, y est allé et n’a rien résolu, car il portait déjà, en lui-même, des intentions mauvaises et personnelles (2Rois 5:20-27), ce qui lui a valu la lèpre. Cependant, lorsqu’Élisée est allé dans la pièce où se trouvait le corps du garçon, il était mal à l’aise avec cette situation.

“Élisée entra et ferma la porte sur eux deux, et il pria l’Éternel.
Lorsque Élisée arriva dans la maison, voici, l’enfant était mort, couché sur son lit. Il monta, et se coucha sur l’enfant ; il mit sa bouche sur sa bouche, ses yeux sur ses yeux, ses mains sur ses mains, et il s’étendit sur lui. Et la chair de l’enfant se réchauffa. Élisée s’éloigna, alla çà et là par la maison, puis remonta et s’étendit sur l’enfant. Et l’enfant éternua sept fois, et il ouvrit les yeux.” 2Rois 4:32-35

Tout celui, qui a l’esprit d’évangéliste, n’accepte pas de voir les gens souffrir, gémir et souffrir. Il est dérangé de voir l’injustice s’afficher dans la vie des gens et donc il cherche la direction du Saint-Esprit pour inverser le cadre de douleur et de désespoir que ses yeux voient.

C’est l’esprit que Dieu veut trouver dans chacun de Ses serviteurs : Arracher les gens du royaume des ténèbres et leur apporter le Royaume de Dieu.

ET TANT QUE CELA N’ARRIVE PAS, IL NE RESTE PAS TRANQUILLE !
C’est l’esprit de l’Universelle.


La gêne de l’évangéliste
  • Évêque André Cajeu 


signaler une erreur